vendredi 22 juin 2012

Questionnement de future maman protectrice

"Ah, je ne savais pas qu'ils n'avaient pas d'enfant à eux".
...
"Vous n'aurez pas d'enfant à vous".
...

Ce genre de remarque me chagrine. Vraiment. Je veux dire, ce n'est pas qu'un petit truc qui me gêne, ça me fait franchement de la peine. 
Et moi, idiote à chaque fois, je ne sais que répondre, les bras ballants, le coeur serré et l'envie de dire mon reste à l'interlocuteur (-ice) en question. 
Evidemment, je sais bien que cela est dit sans mal et que, par le terme "enfant à vous", il faut comprendre "enfant biologique". Pourtant, je ne peux pas m'empêcher de penser que notre piou-piou à venir n'aura pas le droit d'entendre cela. Car ce sera notre enfant, à nous (si toutefois on peut dire qu'un enfant est "à nous"...). 
J'aimerais tant avoir les mots nécessaires pour savoir répondre à ce genre de remarque. Je voudrais tellement que les gens comprennent, et principalement l'entourage proche. 
Mais comment faire?

Une future maman adoptive, ça se prend aussi la tête! 

Mon loulou, quand tu seras là, j'espère que je saurai répondre sans colère et avec sagesse aux remarques blessantes, aux questions des curieux parfois malsains, aux regards insistants de ceux qui n'ont pas ta richesse.
Mais en attendant, que dire?  

24 commentaires:

  1. Allo Elise,
    C'est certain que ce n'est pas pour mal faire! C'est quelque chose qui se vie et qui ne s'explique pas....Notre enfant nous les portons dans notre coeur, c'est pareil et aussi fort, c'est juste que ça ne parait pas...
    Pleins de bisou ma belle
    Manon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu dois avoir raison, ça se vit, c'est tout... Notre grossesse de coeur, encore une fois tu as raison, est très intense mais ne se voit pas...
      Bisous Manon!

      Elise

      Supprimer
  2. "Ah bon ? Il n'est pas à nous ??? Il est à qui alors ?... Le mieux c'est de pouvoir prendre ce genre de réflexions à la dérision... Pas toujours facile, je le sais !... Le pire, c'est quand ce sont des gens proches qui nous font ce type de sorties !... Le pire que j'ai entendu, c'est de la bouche de ma propre mère, alors que nous étions au resto tous ensemble et que la mamy de la table d'à-côté était sous le charme de ma grande (qui devait avoir 2 ans à l'époque...). "C'est peut-être sa "vraie grand-mère", qui sait ?" Mon mari a eu la présence d'esprit de lui rétorquer que c'était elle sa vraie grand-mère tout de même... Moi j'étais, bouche-bée... sous le choc !... Dire que l'on va encore lui confier notre BB coeur une semaine cet été... à sa demande... car pour elle, c'est bel et bien sa mamy !!! Espérons qu'il n'y aura pas d'impairs... ;o) Amicalement. Mymy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, c'est sympa chez vous!!!
      Merci pour ces phrases qui me serviront le moment venu si besoin...
      A bientôt et gros bisous à votre bébé d'amour,
      Elise

      Supprimer
  3. En attendant, il n'y a rien à dire... sinon un dialogue construit, notamment avec la famille. Mais le jour où notre enfant sera là, alors je pense que nous aurons les mots, justement pour ne pas que notre enfant reste sur ces propos entendu, mais pour qu'il voit et comprenne, que oui, il/elle est bien NOTRE enfant, A NOUS.
    Je pense que cela se révèle avec la parentalité. O défendra nos enfants bec et ongle.
    Kinyotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kinyotte, j'espère que tu as raison, que la parentalité me révélera le moment venu!
      Peut-être que quand notre enfant sera là, tout deviendra concret et, par la-même, simple.

      Supprimer
  4. Salut elise,
    Il n'y a pas de reponse tte faite.
    Je pense que tu sauras repondre le temps venu. Et il.s'agit de remarques de gens qui ne pensent pas mal. Mais cet enfant sera votre enfant et porte dans ton coeur pendant longtemps.
    Il faut certes s'y preparer et je pencheraus plus pr l'option derision.
    Plein de bisous.
    Cecile

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour tes mots Cécile.
    Certes les gens ne pensent pas à mal mais devraient aussi se rendre compte que ça fait mal parfois...


    Bises,
    Elise

    RépondreSupprimer
  6. Coucou la miss !
    Moi le jour où une collègue m'a sortie "oui mais ce n'est pas pareil que quand c'est ton vrai enfant", je lui ai rétorqué "ah oui ? parce que les tiens ils ont été tatoués à la naissance ?" Mais il faudra que je trouve quelque chose d'un peu moins agressif pour le jour où bb sera là !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Agressif un peu non?!
      Bisous Aurélie!

      Elise

      Supprimer
  7. tu sais peut-être qu'il faut se souvenir aussi de comment on était avant la PMA et notre d'adoption...
    Moi à l'époque pour la PMA, je pensais que c'était des couples qui "bizare" et vraiment très particuliers qui n'arrivaient pas à avoir d'enfant, et pour l'adoption j'étais en admiration de ces parents qui arrivent à aimer des enfants qui ne sont pas les leurs (et ouai je pensais comme les autres...)...
    Et puis je suis passé par la PMA et maintenant je suis à l'adoption... mon coeur s'est ouvert, mon esprit aussi, tout a changé mais ça ne serait pas arrivé sans notre infertilité, et souvent je dis merci à la vie d'avoir connu tout ça (et oui j'suis bizarre...) parce que je suis devenue une personne bcp plus ouverte, compréhensive, fonceuse, perséverente... alors faut peut-être juste se dire que les gens qui ne comprennent pas, et bah ils n'ont pas de chance parce ce qu'on va vivre en devenant parent, ça sera le trésor de notre vie et on en connaitra la valeur !! contrairement à bcp de parent ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, pour être honnête, avant la PMA, avant l'adoption, je n'étais pas comme cela. L'adoption, nous l'avions déjà envisagée et nous sommes heureux d'être en plein dans les démarches (même si on se passerait de tous les désagréments et faux espoirs et montagnes russes que ce parcours comporte. Donc je n'arrive pas à admettre l'étroitesse d'esprit, encore moins les jugements des uns et des autres. Je leur demande moi, si leurs enfants sont les leurs? Non, car le lien, c'est des sourires, des "maman" et "papa" à gogo, des câlins et j'estime que personne ne devrait avoir à prouver quoi que ce soit...

      Supprimer
    2. tu as totalement raison, mais malheureusement je ne crois pas que les mentalités changeront de sitôt...
      Le principal c'est que l'on soit heureux dans la vie, le reste ...

      Supprimer
  8. Salut Elise,

    Comme toi, ces mots me choquent beaucoup !
    Un enfant n'est pas une "chose" à nous qu'on possède comme notre maison ou notre voiture. C'est un être humain et oui c'est bien le nôtre !! ms pas de la même façon !
    Il faudrait vraiment inventer un agrément pour les "vrais" parents, car nous, nous en serions des faux !
    Notre enfant ne ns ressemblera peut-être pas physiquement mais pour tout le reste oui !
    Comme toi, je resterai sans voix pour marquer que le silence se répond aux choses idiotes ; ou alors j'aurai des phrases ttes prêtes comme dit Kinyotte !

    Bon we, profitez bien de ce début d'été, qu'il réchauffe les coeurs !
    Murièle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Murièle!
      Je suis tout à fait d'accord avec tes mots... Tu as raison, le silence est peut-être encore la meilleure des choses. Et je garde espoir que les choses changent une fois notre enfant auprès de nous...
      Bises à vous,

      Elise

      Supprimer
  9. Bonjour Elise, je crois qu'on n'est jamais prêt pour les réflexions... surtout qu'en général elles sont faites devant ton enfant comme si en plus "de ne pas être à toi" il ne doit sans doute pas entendre puisqu'il ne parle pas français bien-sûr... grrr, c'est ça le plus dur, savoir que ton enfant a tout entendu.Il y a de tout: "moi je n'aurais pas pu": et bien tu n'en sais rien, tu n'as pas eu à te poser la question, "si j'avais eu de l'argent j'aurais rendu un enfant heureux", oui et bien parraine un enfant, "et il est normal? " oui il a deux bras et deux jambes regarde, "et il comprend le français maintenant?" oui depuis belle lurette ma bonne dame et il parle beaucoup mieux que ton gamin qui est pourtant plus âgé, le must étant devant lui: "et il connait sa vraie mère ou vous avez voulu couper les ponts? " ou bien "et il sait qu'il a été adopté?". Ca m'énerve , tout ça c'est du vécu, mais que faire? Expliquer , un peu sèchement parfois, ne pas oublier que ça vient de gens de tous horizons, qu'avant tout c'est l'ignorance de ce qu'est l'adoption et pas de la méchanceté... sauf que quand on me demande "et vous connaissez son histoire?" avec un regard bien lourd genre "raconte-moi tout"... comme si on demandait à un couple dans quelle position leur enfant a été conçu ! Oui, on se permet plus de choses avec un enfant adopté et donc avec ses parents, donc il faut s'y préparer et surtout ne pas s'en rendre malade ou s'énerver afin que notre enfant reste lui aussi zen. Il faut essayer de préparer ses réponses mais une bonne répartie est parfois bloquée tant la question est choquante et inattendue. Ca fait mal car on veut avant tout être comme les autres et qu'on respecte notre enfant et notre vie privée mais c'est dur pour certains. En expliquant tôt à son enfant son adoption et que certaines personnes posent des questions car ils n' connaissent rien, ça aide. L'enfant sait alors que c'est par ignorance que les gens questionnent (enfin, souvent...). Et puis il faut lui expliquer que dans la vie, tout le monde est différent, que chacun a son histoire: les parents de tel copain sont divorcés, untel ne voit jamais son papa, untel est malade... chacun a son chemin de vie et tu crois que les parents d'untel (celui qui a pu sortir une phrase blessante) seraient venus le chercher au bout du monde? Ben non, ils sont allés à la maternité d'à côté, toi tu es tellement précieux, important, que nous avons déplacé des montagnes pour te rencontrer.
    Je ne pense pas que les parents adoptifs soient supérieurs à la norme mais ils ont normalement une ouverture d'esprit et une capacité à encaisser supérieures à la normale et nos enfants, alors eux n'en parlons pas ils sont hors compétition à ce niveau et pour le coup bien supérieurs: ce sont des battants, ils ont une telle force en eux.
    Je suis sûre Elise que tu gèreras très bien pour ton merveilleux enfant qui t'attend quelque part et que j'espère tu rencontreras bientôt! Bon week-end, Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne pour tes mots! C'est vrai, tu as raison, mon enfant aura tellement de force en lui qu'il me la transmettra pour répondre de la manière la plus zen à ce genre de remarques. Effectivement, je pense que le pire, ce sont les remarques faites devant les enfants... Ignorance? Méchanceté? Un peu des deux peut-être... et beaucoup de bêtise sûrement!
      Et je confirme: notre enfant est déjà merveilleux! en toute objectivité bien sûr!

      A très bientôt Anne!

      Elise

      Supprimer
  10. Bonjour Elise,
    Pour ma part, moi qui suis aussi en démarches d'adoption, je n'ai pas encore eu droit au concept de "véritable enfant" ou non, mais je sais bien que certains le pensent sans l'exprimer ouvertement... Pour l'instant, ce qui m'a le plus blessée, c'est : "et vous n'avez vraiment pas d'autre solution (que d'adopter) ?" Ca revient un peu au même, finalement, que d'exprimer que notre enfant ne sera pas vraiment le nôtre. Quand on m'a demandé deux fois déjà si on n'avait vraiment pas d'autre solution (on est encore assez jeunes, d'où la question, je pense !), je suis restée sans voix. Mais la prochaine fois, j'irai au fond des choses : si, il y a toujours d'autres solutions (renoncer à avoir un enfant, épuiser toutes les ressources de la PMA, prendre le parti d'espérer un miracle de la nature, etc), mais l'adoption est un chemin que l'on a CHOISI, quelles que soient les raisons qui nous ont amenés là. Bon courage, Elise ! Les remarques maladroites des uns et des autres nous aident à mûrir sur ce chemin.
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,
      Il y a plusieurs manières de devenir parents. La nôtre est moins courante que la méthode biologique, c'est sûr, mais ô combien plus belle! Plus dure mais plus belle par le résultat, j'en suis sûre.
      A bientôt de te relire,

      Elise

      Supprimer
  11. Nos enfants de sont pas "à nous", mais nous sommes là pour les accompagner sur le chemin de la vie, nos enfants sont "différents", et heureusement, on voit ce que le nazisme a du entraîner comme horreur... Dans certains cas, heureusement que nos enfants sont différents (qu'ils n'ont pas hérité des grandes oreilles de Papy ou de la langue de vipère de la grand mère!) Il faut juste apprendre, avec eux, à faire face à ces remarques, mais le fait de les avoir porté dans nos coeurs depuis le premier jour est un atout non négligeable! Allez, pour le plaisir, une perle d'un collègue de mon mari "Vous l'avez acheté combien?"...maintenant on en rit!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi Perrine! C'est vrai que le terme "Enfant à vous" est terrible... Mon enfant sera le mien dans le sens où je serai sa maman et mon mari son papa mais il ne nous appartiendra pas. J'espère que nous arriverons à remplir notre mission de parents: le guider le mieux possible afin qu'il soit épanoui et heureux.
      Et sinon, pour le prix, on ne peut pas le dire... Nos enfants n'ont pas de prix tellement ils sont précieux! Et toc! (rires)

      A très bientôt Perrine,

      Elise

      Supprimer
  12. Elise,
    Je découvre ton blog... Je suis Barbara, une maman qui a adopté, il y a maintenant 3 ans un petit garçon venant de la RDC et qui était âgé de 9 mois. J'ai aussi une grande fille, tricotée maison qui aura 15 ans à la fin de l'année.
    Pour te faire sourire... Il y a quelque temps, alors que je faisais les courses (je faisais la queue à la boucherie) et qu'Alexandre était assis dans le chariot, une dame m'a dit : "votre petit garçon, il a tout pris de son papa"... Je suis restée sans voix puis je lui ai répondu que son papa avait la même couleur que moi mais que mon petit garçon me ressemblait et qu'il était mon double... Et c'est vrai, le même caractère, les mêmes qualités et les même défauts (si,si)... La personne était génée et moi, abassourdie !!!
    Mon petit garçon, je l'ai porté, pendant des mois et crois, moi, tu auras cette même impression quand bébé sera là. Ils sont de nous, ils font partis de nous nos enfants.
    Barbara, maman de Clara et d'Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant l'histoire la remarque: "Il a tout pris du père!" J'aurais éclaté de rire je crois! Les gens que l'on croise dans la rue ne peuvent pas deviner notre histoire en même temps...
      Tu sais, je te crois à 100% quand tu dis que tu as porté ton petit garçon. Je suis dans l'attente et je peux te dire que mon enfant, je le porte déjà... pas dans mon ventre mais presque tant ça déborde du coeur!

      Bises à vous trois,
      Elise

      Supprimer
  13. Elise,
    Je ne vais pas dire que je découvre ton blog, car je l’ai déjà consulté à plusieurs reprises mais sans poster. Nous nous sommes « rencontrées » sur un forum de discussion si tu te souviens. Je viens d’avoir un petit garçon, fabriqué maison à notre plus grande surprise et sans aide médicale, après un parcours PMA de près de 6 ans. Nous avons aussi une démarche d’adoption en parallèle qui est en standby depuis la naissance de notre loulou. Nous ne savons pas encore à l’heure actuelle la suite que nous allons donner à notre projet, nous nous laissons du temps pour y réfléchir (nous venions d’être acceptés par un OAA et nous n’avons pas encore fait le « deuil » d’un enfant venu d’ailleurs – je sais, ça peut paraître bizarre, mais c’est ainsi…)
    La question que tu te poses ici, je me la suis posée moi aussi des centaines de fois : quand j’aurai ma petite perle d’Asie ou d’ailleurs, comment réagirais-je aux remarques incongrues ?
    Depuis la naissance de mon petit garçon il y a 4 mois, nous avons été plusieurs fois confrontés à des remarques bêtes ou du moins révélatrices de l’ignorance de notre parcours et de ses difficultés « Ah ben vous voyez, finalement il fallait juste attendre un peu… » ou encore « au moins vous avez pu profiter de la vie avant qu’il n’arrive »… et j’en passe des vertes et des pas mûres. La pire a été celle de ma grand mère je crois « au moins, celui là c’est le vôtre, c’est quand même mieux non ? » et là je me suis dite : mon Dieu, comment aurait-elle accueilli notre enfant du bout du monde ? Ce qui m’a le plus peinée, c’est qu’avant ma grossesse elle semblait nous encourager dans notre projet d’adoption. Cette remarque m’a prouvé que ses encouragements n’étaient pas sincères alors… et c’est ça, je crois qui m’a fait le plus mal. Toujours est-il que suite à sa remarque, il y a eu un grand silence, mon mari et moi nous sommes regardés, un regard qui en disait long, mais que nous seuls pouvions interpréter.
    Mais depuis j’ai beaucoup repensé à tout cela, et je pense en fait que ma grand-mère n’a tout simplement jamais pris la mesure de combien notre désir d’enfant était grand, qu’elle n’a pas compris que ce que nous souhaitions plus que tout c’est être des parents et que peu importait la manière dont nous le deviendrions (d’autant qu’elle a eu 6 enfants à la chaîne, sans se poser de questions !).
    C’est un constat amer (d’autant plus quand ça vient de personnes qui nous aiment et sont proches) et c’est vraiment dommage, mais l’on n’y peut rien. Les gens ne peuvent pas se mettre à notre place, il faut vivre tout ça pour le comprendre.
    Comme Elo19 je dis merci à la vie d’avoir mis l’infertilité sur ma route - juste pour ça hein ! faut pas abuser non plus ! :-) Car tout notre parcours PMA puis adoption m’a donné une ouverture d’esprit que je n’avais sans doute pas avant.
    Ton enfant va t’enrichir en tout ça ma belle Elise, et en plein d’autres choses encore ;-)
    Bises
    Jefan

    RépondreSupprimer

Laissez-moi vos commentaires... Encore et encore!