vendredi 27 juillet 2018

Brut

- Le copain de mon papa, il est au ciel.
Marius lève les yeux et constate :
- Je vois personne. Il est dans un avion?
- Non. Il est au ciel.
Je prends donc Marius à part et lui indique que c'est une manière un peu jolie de dire que quelqu'un est mort. La conversation entre les enfants reprend.
- Il est mort en fait?
- Oui, c'est ça.
- Ben il n'est pas au ciel alors. 
- Si.
- Non. Il n'est pas au ciel. Il est dans une tombe et c'est tout.

mercredi 25 juillet 2018

Mes vieux


- Tu sais si Coldplay existait au Moyen-Âge?
- Ah non, c'est impossible. 
- T'as pas compris. En fait, je voulais savoir si Coldplay existait quand t'es née...

- Heu mais je ne suis pas si vieille!!!
- Et papa? Ah bah non du coup puisque vous êtes nés à la même période.
...

Jeu de société en famille. Fabien perd. Marius est déçu pour lui. ll se tourne alors vers lui, lui colle une baffe en guise d'accolade et lui sort : "T'inquiète mon vieux!"

Bref, il ne faut pas être susceptible quand on a un enfant!

lundi 16 juillet 2018

Prise de conscience

- Y'a eu des morts pendant la Révolution?
- Oui.
- Heureusement qu'ils sont pas tous morts! Parce qu'on est tous là, moi, toi, papa, tous ces gens aujourd'hui.

mardi 10 juillet 2018

La mort, encore et toujours

- Moi j'ai envie de mourir avant vous pour pas vous voir morts avant moi...

La séparation éternelle est le sujet à la mode chez nous.

mardi 3 juillet 2018

Deux pays, deux prénoms

Être de deux pays, c'est aussi pour Marius avoir deux prénoms : le prénom que nous avons choisi pour lui, un prénom français, et son prénom de naissance, vietnamien. Depuis dimanche soir, nous devons l'appeler Marius Minh-Hieu.
Fabien lui a fait remarquer que c'était un peu long quand même. Réponse : "Je m'en fiche!" Fabien a réitéré. Réponse : "Hmm, hmm... mais je m'en fiche!"
Face à tant de détermination, il n'y a pas d'hésitation possible. Nous appelons notre enfant Marius Minh-Hieu. Après tout, ces deux prénoms sont son identité, sa demande est parfaitement légitime. 
Nous allons oublier parfois de dire le prénom vietnamien, ce sera un coup à prendre mais nous ferons de notre mieux! En tout cas, lui n'a pas oublié car le lendemain de cette petite discussion, nous sommes allés lui acheter des chaussures d'été. La vendeuse a créé un compte à notre nom et lui a ajouté : "Pour le prénom, c'est Marius Minh-Hieu!" 

Il a sans doute besoin de se réapproprier ce premier prénom et de ne pas l'oublier. Le dire est une manière de ne pas le faire mourir. Mais un prénom ne meurt jamais... Son prénom vietnamien a une très jolie signification et lui va à merveille. Son prénom français, Marius, est pour moi le plus beau des prénoms français. Il est la mer qui nous emmène d'une île à l'autre, il est brûlant et pétillant comme le soleil. Bref, il sent bon la vie! 

mardi 26 juin 2018

Deux pays

Avoir deux pays, ce n'est pas un problème. Mais au quotidien, c'est très marqué pour notre fils. Il dessine des avions de chasse aux couleurs de la France, il supporte l'équipe de France de football (même s'il n'aime pas le football), il a le drapeau français, connaît La Marseillaise par coeur, etc. Bref, il revendique son appartenance au peuple français. Mais il revendique également son attachement à son pays d'origine. C'est ainsi qu'il m'a demandé à avoir le drapeau vietnamien, qu'il dessine le drapeau vietnamien à chaque fois qu'il crée, qu'il choisit systématiquement les couleurs de ce drapeau, qu'il dit à qui veut l'entendre qu'il est né au Vietnam. Pour lui, c'est extrêmement important que les gens sachent. Marius est à la fois Français et Vietnamien. Il est les deux, tout simplement... comme quand il dessine un samouraï bleu-blanc-rouge ou la maison de ses rêves avec une porte d'entrée avec une étoile jaune sur fond rouge et, tout autour, des petits cercles aux couleurs de la France. 
Mais pour lui, le Vietnam, si c'est son pays de naissance et le pays dans lequel nous nous sommes rencontrés, c'est avant tout : le lac Hoan Kiem, les noodles et les jeux des enfants dans la rue! Ce sont d'ailleurs ses trois motivations pour y aller!

La seule difficulté réside dans son adoption. Il pense que tous les enfants ont été adoptés. Ainsi, il pense de son ami d'origine belge que lui et ses parents se sont rencontrés à Villeneuve-sur-Lot ou que j'ai été moi-même adoptée. Et c'est comme ça pour tout le monde. Ce doit être trop douloureux pour lui de penser que certains ont eu cette chance de grandir dans le ventre de leur maman... C'est le côté le plus délicat à gérer car il faut être dans le vrai en mesurant ses propos et en respectant son rythme.

samedi 23 juin 2018

Musicien en herbe

Notre enfant nous surprendra toujours. Il a choisi de faire du violon alto l'an prochain. Autant dire qu'il a adoré! Il a bien accroché également avec la trompette, cela l'a fait beaucoup rire. Et il voulait vraiment s'essayer au saxophone mais il est encore trop jeune. Bref. Marius est donc pré-inscrit pour le violon alto. Nous verrons s'il est pris car les places sont chères. En tout cas, nous avons échappé à l'accordéon et ça, ça n'a pas de prix!
Quant à la guitare, il a envie de continuer sans trop continuer...  Il m'a expliqué aimer cet instrument et prendre du plaisir à jouer mais ne pas aimer travailler. Il préférerait y arriver de manière intuitive en fait, et au premier essai! Malheureusement, il faut fournir un petit effort...