lundi 29 mai 2017

"Bonne fête des mères!"

La fête des mamans, c'est toujours le moment que j'attends. Pourtant, c'est la fête des mamans tous les jours, mais entendre mon fils me réciter sa poésie, voir son plaisir et son impatience à m'offrir les cadeaux qu'il a réalisés avec tout son coeur et sa patience, cela me comble. En fait, la fête des mères a eu lieu mardi soir pour moi. Non, nous ne vivons pas dans un autre pays ni dans un autre espace-temps. Juste qu'il m'a glissé : "Maman, je ne pourrai pas attendre jusqu'à dimanche, c'est trop dur pour moi!" Alors je l'ai laissé choisir et évidemment, il a décidé de me les donner de suite. 

Je suis si heureuse d'être sa maman! Il faut bien dire qu'on a gagné à l'Euromillions en devenant ses parents. Mon cadeau, c'est lui, tout le temps, tous les jours. C'est idiot à dire mais j'aime tout chez lui, même ses côtés agaçants, même quand il nous fait tourner en bourrique. 
Je ne suis pas une maman parfaite et je crois qu'il m'aime aussi : je m'énerve, je le pousse dans ses retranchements, je crie comme une dingo à la piscine ("non, n'y va pas, tu n'as pas tes brassards!", "marche, mon coeur, MAR-CHEEEEE!"), je panique dès que je ne le vois plus dans un magasin ou au parc. MAIS j'ai quand même de bons côtés. Il me dit que je suis super gentille, que je suis la meilleure et nous lance que c'est génial d'avoir des parents. C'est donc qu'on doit être pas trop mal! En ce moment, son truc, c'est : "Je t'aime maman, je t'aime tant, je t'aime tellement!" Autant dire que même la banquise pourrait fondre.

Hier, j'ai pensé à ma maman, bien sûr, qui a traversé des montagnes et des batailles.  Je regrette qu'elle soit si loin... Mais c'est ainsi et nous profitons des moments passés ensemble pleinement. Je lui souhaite d'être heureuse. 

Hier, j'ai pensé à toutes ces mamans qui vont le devenir bientôt, voire très bientôt. Vous n'avez pas encore idée du tsunami qui va déferler sur votre vie, dans votre salon et votre chambre! Bref, partout en vous et autour de vous. Mais c'est un bon tsunami. Le genre qu'on n'oublie pas. Le genre qui fait pousser des ailes et nous fait nous remettre en question, souvent, très souvent.

Hier, j'ai pensé à la mère biologique de mon fils. Je n'ai pas pu m'empêcher de me demander si elle pensait encore à lui, si elle l'avait aimé, ce qu'elle penserait de lui, si elle serait fière, si elle allait bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi vos commentaires... Encore et encore!