lundi 29 avril 2013

Quoi de neuf? Rien...

Et voilà, la sérénité laisse la place à la déception, à l'incompréhension, au ras-le-bol aussi. 
L'attente, l'attente, toujours l'attente. "En cours" depuis des mois, ça stagne affreusement. Mars-avril : nous espérions avoir des nouvelles... Mars : nous n'attendions rien. Avril : nous n'attendions rien d'autre que la fin du mois. Fin du mois: toujours au même stade... En deux mois, rien n'a bougé, rien de rien, que dalle, nada. Nous nous attendions au pire ou à une bonne nouvelle, mais à pas à cet entre-deux. C'est épuisant.

24 commentaires:

  1. muarf, il faudra bien que ça finisse par bouger...
    Plein de pensées positives.

    RépondreSupprimer
  2. Je t'envoie tout plein de courage Elise et je vous souhaite de tout coeur d'avoir des nouvelles très vite!!

    Je t'embrasse fort

    Manon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Manon! Que de bonnes nouvelles arrivent aussi jusqu'à toi!
      Elise

      Supprimer
  3. Ca me fait de la peine pour toi, courage, regarde cette petite lueur tout la-bas, elle est pour vous et c'est elle qui va vous conduire vers votre enfant, j'en suis sûr, garde espoir surtout, il est là, quelque part...
    Plein de bisous de réconfort
    Elodie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, je garde espoir!
      Bisous,
      Elise

      Supprimer
  4. Bonjour,

    Si avoir des nouvelles ,c'est un apparentement, alors, c'est très très rapide...
    si c'est des nouvelles de l'avancée d'un dossier d'une administration à une autre au niveau local (comme l'acceptation d'un dossier), alors, oui.. c'est long.
    Je n'ose utiliser le terme patience, si douloureux pour les familles en attente et pourtant...Nous sommes prêts d'un apparentement après 3 années de procédure (depuis l'agréement) et un changements de pays.Je suis vidée. Alors oui, je comprends votre déception, votre incompréhension pour être passée par là.
    Mais préservez-vous. Ne comptez pas les semaines. La route peut être courte mais aussi tout à coup s'allonger de plusieurs mois, voire d'un an (notre cas). Il faut "lâcher prise", accepter de ne rien contrôler. C'est dur, c'est horriblement dur, mais vous avez un marathon à courrir, alors il faut préserver vos forces.
    Pour tenir , j'ai systématiquement doublé les temps donnés par mon OAA...

    Courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre long message, anonyme...
      C'est un peu plus compliqué que d'attendre un apparentement. Evidemment, oui, on attend un apparentement mais avant cela, il y a d'autres étapes et c'est cela qui semble ne pas avancer. Je ne souhaite pas en dire davantage. Le jour où je serai maman officiellement, je vous en raconterai davantage.
      Je vous remercie pour votre soutien en tout cas. Je vous souhaite un apparentement rapide surtout!
      La prochaine fois que vous viendrez par ici, s'il vous plaît, signez...

      A bientôt,
      Elise

      Supprimer
  5. difficile de comprendre pourquoi c'est si long !

    on te l'as dit plusieurs fois mais courage

    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, anonyme... S'il vous plaît, merci de signer votre message la prochaine fois, ce sera plus sympathique.
      Elise

      Supprimer
  6. C'est terrible, mais tellement vrai... tellement juste... Il ne se passe rien, rien que l'on puisse dire... Rien que l'on puisse maîtriser...
    Et parfois, l'incompréhension autour de nous...
    Je vous souhaite des nouvelles très bientôt,
    ne peux tu joindre ton OAA ?
    Bises, et non, pas courage,
    car... tu n'en as que trop...
    Juste un bon café, thé, chocolat... accompagné de ce que tu veux... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus terrible, c'est de ne rien pouvoir FAIRE et de ne pas savoir ce qui se passe là-bas. Heureusement, nous avons toute confiance en notre président d'OAA. Cela aide déjà beaucoup!

      Pour répondre à ta question, j'ai appelé mon OAA, voilà pourquoi j'ai écrit ce billet...

      Et pour la commande, je prendrais bien un bon thé à la menthe s'il te plaît!

      Je te remercie pour ton soutien, Nissa, et t'embrasse,
      Elise

      Supprimer
  7. pfeu...nous en sommes au même point! et le temps pourri n'arrange rien!
    Biz
    Anne-Lise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, ici, il fait ENFIN bon! Ouf!
      Bises,
      Elise

      Supprimer
  8. Ha pas facile ces montagnes russes !!!!
    Allez encore un peu de force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, pas facile mais ça fait partie du parcours!
      Elise

      Supprimer
  9. Je me doute que ça doit te paraître bien long. Courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, la Fille.
      Courage également!
      Elise

      Supprimer
  10. Ma petite Elise, je sais que rien de ce que je pourrais écrire ne pourra rentre cette attente moins pénible, alors je me contenterai de te dire que je t'embrasse, et que tu es dans mes pensées, toujours.

    RépondreSupprimer
  11. je suis l'anonyme du 30 avril,oops. oublié de signer:Claire.

    si je devais dessiner un bonhomme d'attente, il serait fait de trois ronds.

    Blanc, c'est sa tête , le masque que l'on montre aux autres: neutre. D'ailleurs, mon bonhomme n'a pas d'expression.
    Gris, c'est notre coeur qui sépuise à pleurer. Ca, c'est son tronc, une boule grise toute gribouillée.
    Rouge, c'est la rage au ventre d'attendre et de ne rien pouvoir faire.
    Mon bonhomme n'a pas de bras et de jambes car l'impuissance coupe les bras et les jambes.

    et voilà un beau shéma corporel...

    J'espère que votre dossier va enfin passer d'une pile à l'autre et hop hop continuer ses sauts jusqu'à votre enfant.

    ce que je trouve dur?
    Vouloir appeler l'OAA parce qu'on va mal mais ce n'est jamais si simple...

    Courage

    Claire

    RépondreSupprimer
  12. Ah les joies de l'adoption... du courage, de la volonté, de l'excitation, de la déception, de la colère, de l'espoir et rebelote. Mais un jour, the jour, quand on tiendra notre enfant dans nos bras tout ça nous paraitra loin. es bises de soutien !

    RépondreSupprimer
  13. Si !!! il se passe quelque chose... mais comme ça se passe sans nous... on finit par croire qu il ne se passe rien... au début c est la préparation de l'agrémént on est actif on en veut... on joue le jeu à fond... puis la course vers les OAA, les premières claques... et aussi les premières lueurs d'espoir, la joie de préparer les dossiers pour le ou les pays ... et puis le tunnel, le long, l'interminable tunnel où l'on n'a rien d autre à faire que de rouler... tout droit , d'attendre la lumière de la sortie... car il y a un bout... il y a une sortie... il y a la lumière! ne lachez rien, chaque jour vous rapproche inéluctablement de votre bonheur... de votre enfant. rien ne doit vous en faire douter! si je prends notre exemple, une première OAA a fini par nous lacher après deux ans car nous ne pouvions pas faire évoluer notgre agrémént, une autre après trois ans a fini par nous faire comprendre que le temps passant... nous devenions trop vieux... et un conseil de famille en France nous a annoncé que nous étions arrivés deuxièmes pour une attribution... comme s'il y avait une médaille d"argent! voilà nous avions la tête dans le sac , et une semaine plus tard le téléphone a sonné pour nous annoncer que ... nosu étions parents! voilà, bien sûr chaque histoire, chaque parcours est différent mais ... il faut y croire .. courage... vous n'avez jamais été aussi près du but.
    un papa qui en a encore les larmes qui montent!

    RépondreSupprimer
  14. J'aimerais tant qu'enfin vous receviez ce coup de fil...
    J'aimerais tant qu'on puisse se voir et papoter, j'aimerais tant que nos enfants puissent jouer ensemble...
    Et ça va arriver, j'en suis sûre, je vais espérer un maximum que la vie vous sourie enfin...
    Mathieu se joint à moi pour vous embrasser fort fort...

    RépondreSupprimer
  15. Je crois que nous sommes toutes dans le meme état ces derniers temps... ça bouge nul part... aller courage on va y arriver !!!
    Bisous

    RépondreSupprimer

Laissez-moi vos commentaires... Encore et encore!