vendredi 28 septembre 2012

Stressée, moi?

Enveloppe scotchée plus que nécessaire, pouvant pourtant supporter jusqu'à quatre kilos de contenus. Voiture garée, créneau parfait. Dossiers bloqués tout contre moi, des fois que je sois la victime d'un vol à l'arrachée! J'entre, un peu tremblante, très émue et à fleur de peau dans La Poste. Pas n'importe laquelle, celle de la grande ville de mon département, Agen. Enfin... grande ville, tout est relatif, faut pas pousser ! 
Bref. J'entre. 
Guichet Colis, Envoi et Réception. Trois personnes devant moi. Un homme qui raconte sa vie à la guichetière qui ne sait plus bien comment s'en dépatouiller. Une autre qui veut juste refiler un courrier vite fait, bien fait. Une autre encore qui a un énoooooorme colis à envoyer. Mon tour arrive, le colis toujours bien contre moi.
- Bonjour. Je voudrais envoyer ce courrier en lettre suivie.
- Oh la la, plutôt en Colissimo parce que là, ça me semble assez lourd.
- D'accord, si vous voulez, peu importe (là, je suis très enjouée). C'est parfait!
- Suivez-moi. Voilà, je prends votre colis, on le met sur la machine et après, il faut remplir vos données de manière informatique.
- ????
- L'expéditeur, c'est vous?
- Heu... Jusqu'à preuve du contraire, oui !
- Donc vous remplissez vos coordonnées postales. Ensuite, il vous faudra aller dans l'onglet Destinataire et faire de même.
- Ah. OK.
- Si vous n'y arrivez pas, je suis là.
- Bon. Très bien...

Je rentre donc, docilement, notre nom et nos prénoms.
Maintenant, l'adresse. J'appuie. Rien. Je retente. Toujours rien. Que ça m'énerve ! Allez, quand même, je ne suis pas neuneu, ça doit bien fonctionner ce truc... Non, rien, toujours rien, rien de rien.
Là, c'est ce qu'on appelle communément un pétage de plomb. J'ai juste envie de mettre un grand coup de pied dans cette machine infernale mais je me contiens car je suis quand même bien élevée. Voilà que je peste toute seule, dans mon coin, face à cette machine totalement indisciplinée et moche qui plus est :
- Non mais c'est complètement nul ce truc. Moi, je veux juste que la guichetière prenne mon colis, le pèse, et hop hop, ça part. Comme d'habitude, quoi! C'est quand même pas compliqué!
Une dame me sourit, je crois que je lui inspire de la pitié. Mais je suis dans ma bulle :
- Et en plus, c'est du n'importe quoi. Je me tape un quart d'heure d'attente pour qu'elle s'occupe de moi et elle me dirige vers une machine. Mais y'a quand même un truc qui m'échappe : elle ne tient pas à son poste, elle? Je fais l'effort de poireauter pour qu'elle bosse quand même! Faudrait lui dire, histoire qu'elle soit au courant. Et puis, et puis, "Si vous n'y arrivez pas, je suis là". Pppffff... Comme ça me saoûle, c'est pas possible...
Je me tourne vers la dame, toujours à côté :
- Vous pouvez pas savoir!
Là, la dame rigole franchement. Et intervient.
- En fait, faut le savoir. Moi, j'étais comme vous la première fois. Faut d'abord aller dans Ville pour la valider et après seulement vous pourrez rentrer votre adresse. 
- Bah oui, forcément. Logique : faut répondre à la dernière requête avant de revenir à la deuxième. Logique. J'adore! En tout cas, merci beaucoup, madame. Bon, allez, je vais y arriver. Allez, ma ptite Elise, tu vas y arriver, tu n'es pas neuneu !

Bref. Je remplis tout mon blabla. J'insère ma carte bleue, fais le code. Hop, hop, hop. Oooooh, trois feuilles, c'est mignon! Comme c'est sympa. Bon, faut faire quoi maintenant? Ah oui, coller l'étiquette autocollante sur l'enveloppe, pile poil où j'avais écrit, d'une belle écriture bien lisible, l'adresse du destinataire. Là, j'ai la haine. J'entends à nouveau Fabien me dire : "Tu écris bien gros, hein? Et lisible! Faut que ce soit lisible, surtout!" Ouais, ouais, lisible... Ben là, c'est nul, c'est moche, c'est écrit en tout petit. Le courrier va se perdre, ils vont jamais le retrouver parmi tous les autres courriers... C'est la fin du monde.

Bon, je me dirige quand même vers une autre guichetière et lui confie le petit colis. Un client, à côté, lance : "Oh, un colis, pour moi! C'est gentil!" Ah, ah, ah, ah. Très drôle. Toi, tu touches à mon paquet, je sors les crocs. Mais en fait, je souris. Mais je n'en pense pas moins.

J'avais mal au ventre avant de faire le déplacement, d'horribles crampes. Maintenant, j'ai le souffle coupé. Je sors de là, en ayant pris le temps de  remercier la jeune fille avant. J'appelle Fabien, la gorge nouée: "Allô? C'est partiiiiiiiii... Je suis pas biiiiiennnnnnn!!!!"


Ce soir, 22 heures :
- Oh mon Dieu! Oh la la, mais c'est pas possible, j'ai pas pu faire ça! Chéri, je me suis trompée dans l'adresse!
- Quoi?
- Ben oui, j'ai confondu le destinataire et l'expéditeur! 
Je cours vers mon sac à bordel main. 
- Oh la la, mais c'est pas possible. Il est où ce papiiiiiiier?! ... Ah, c'est bon, il est là... Et voilà, c'est ça, je me suis plantée! J'ai mis que c'était nous les destinataires : mais quelle gueuse ! Quelle gueuse, je te jure !
Fabien me prend le bout de papier, très calme :
- Ben c'est pas grave, il va nous être adressé, c'est tout.
- Nan, mais c'est pas possible, je te jure... C'est l'autre aussi, à La Poste, elle me dirige vers une machine. Tu crois pas que c'était plus simple de...
- ... Mais non, c'est bon ! Regarde : dans la partie Expéditeur, c'est nous. Je m'disais bien aussi que tu ne pouvais pas confondre expéditeur et destinataire. Te connaissant, t'as bien dû vérifier cinquante fois que toutes les données étaient bien renseignées.
- Non, même pas... Vas-y, fais voir!

Ouf!

18 commentaires:

  1. allez keep quiet! vous avez devancé tout le monde pour votre envoi
    tout va bien le destinataire saura vous dire s'il l'a recu
    on respire maintenant alors où est l'élise faussement zen qui me répond tranquillement quand je l'appelle?
    katrin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Elise que je suis est zen, oui, mais par moments, pas tout le temps. Non, mais c'est vrai, le fait que la guichetière me dirige vers une machine, ça m'a énervée! Et puis confondre destinataire et expéditeur... Je me stresse toute seule parfois, et inutilement en plus. Tout ce que je déteste!

      Supprimer
  2. tiens je ne sais pas pourquoi je pense que c'est tout à fait la même attitude que j'aurais pu avoir! lol


    bises

    future maman adoptante

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce billet plein d'humour même si, sur le moment, cela devait être le stress complet.

    Bonne route à votre dossier qui vous mènera vers le plus beau des cadeaux.

    Amicalement,

    Une future maman en attente aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'était le stress complet, surtout le soir. J'en ai pleuré... Trop de stress cumulé ces derniers jours. Maintenant, c'est fini, je respire!
      Bises,
      Elise

      Supprimer
  4. bonjour je suis Nathalie une fidèle lectrice anonyme, obligée de vous écrire car ce commentaire sur la poste est excellent, on est pris dans votre aventure et on attend la chute!!! oui vous etes stressée et vous me rappelez étrangement moi, je suis maman adotptive de 2 trésors né au congon et pour mon deuxième il m'est arrivé la meme mésenvature en envoyant le dossier en dhl j'avais confondu expéditeur et destinataire (moi pour de vrai) quelle cruche!!! obligé d'appeler le soir de faire tout un cirque bref ça c'ést bien terminé!!!
    et vous aussi ça se terminera bien!!! je vous embrasse tendrement et le bonheur complet n'est pas loin bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me faites rire Nathalie. Je m'aperçois que je ne suis pas la seule à vivre des moments de solitude...
      J'espère vous revoir bientôt par ici ou ailleurs.
      Amicalement,
      Elise

      Supprimer
  5. Hi, hi, hi... Tout est bien qui fini bien :-))
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! J'en rigole aujourd'hui!
      Bises,
      Elise

      Supprimer
  6. Allez, j'avoue ma ptite Elise, j'ai un peu ri en lisant tes mésaventures (peut être parce qu'on dirait moi : dès que je suis stressée, je perds tous mes moyens...)
    Je pense malheureusement que tu vas encore stresser dans les semaines à venir, mais c'est pour la bonne cause. C'est même pour la meilleure cause qui soit!!
    Courage! Et gros bisous surtout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais tu as le droit, tu sais! Moi-même j'en ris de bon coeur et... je me fais pitié!
      Pour les mois à venir, j'ai décidé de m'éloigner de toute onde négative et notamment de lutter contre le stress car ça ne me fera pas avancer. Et là, j'ai juste envie d'être bien...
      Bisous,

      Elise

      Supprimer
  7. Allez, tout se termine bien, et en plus je vois que tu as Fabien qui stresse moins que toi ce qui est positif... (oui car mon énergumène aurait plutôt stressé encore plus...)
    A vous deux vous allez nous franchir très vite toutes ces barrières jusqu'au Vietnam !

    On veut un copain pour notre ptit bout !!
    Et on ira toutes les 2 au parc avec nos enfants ensemble !

    Grosses bises à vous 2 !

    RépondreSupprimer
  8. de bien mauvais moments de stress et rien qu'à l'idée que tout se passe mal on en rajoute je t'imaginais à la poste à t'énerver tu as du controler qu'il était bien arrivé ce colis "cool" bisous odile

    RépondreSupprimer
  9. ohhh lalala quel stress !! tu m'as coupé le souffle !!
    Bon le principal c'est que tout soit envoyé au bon destinataire !!
    Ca y est un nouveau pas de franchis !!!

    Tiens au fait je vais à Walibi samedi juste à côté de toi, je penserais à toi !!

    Bisous
    Elodie

    http://lettres-a-bebe.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  10. une étape de franchie colis bien arrivée à destination..pour vous et aussi pour moi, de deux manières différentes..mais ils re voyageront ensemble destination espoir et bonheur.
    Maintenant qu'on ne maîtrise plus rien j'ai pris la bonne résolution de faire comme vous deux.

    bises
    future maman adoptante, qui n'a jamais oublié et n'oublie jamais de se dire qu'elle a de la chance

    RépondreSupprimer
  11. Petite pensée de solidarité,
    j'ai vécu le même stress pour l'envoi de dossier N°2. Tu m'as bien fait rire en me rappellant ce moment, je crois que j'ai du vérifier 50 fois les adresses et comme cela a été difficile de le lacher entre des main sétrangères. Mais aussi ce jour là, je me rappelle qu'il pleuvait, que je sortais du travail, et que j'allais donc à pied à la poste. Et tout le long du trajet, je serrais fort contre mon coeur sous le manteau la précieuse enveloppe, et je sentais comme les battements d'un autre petit coeur contre ma poitrine (rêve de maman, ou connexion extraordinaire avec un autre petit coeur qui nous attend sans encore nous connaitre) ce fut un moment fort. EVE

    RépondreSupprimer
  12. oh ! je viens de découvrir ce post.... j'ai eu une franche rigolage !! merci Elise, pour cette parenthèse pleine d'humour !!! j'ai adoré !! ben ouai foutues machines....
    CAT

    RépondreSupprimer

Laissez-moi vos commentaires... Encore et encore!